RÉSULTATS
1/1
Ma recherche
Titre : Le jour où on a arrêté de faire la guerre

Premier roman

Le jour où on a arrêté de faire la guerre

Lenain, Thierry (1959-)


Illustré par Thanh Portal.
Nathan,©2017. Coll. Premiers romans, 29 p.
Première parution 2017.

Dewey 848, LO 50891, SDM B726741, Jeunesse

ISBN
 
 
Édition papier : 9782092573648
PréscolairePrimaireSecondaire
4ans
5ans
1re
2e
3e
4e
5e
6e
1re
2e
3e
4e
5e


Vous avez ajouté ce livre avec succès.

Indices

LO FLS ILSS-P ILSS-S CL
4 4.1 4

 

Lecture dans toutes les disciplines

P2

 

Chapitre thématique

Aiguiser son sens politique

Pistes d'exploration

Échanger

Échanger sur des actions concrètes permettant d'améliorer la vie de groupe, notamment en évitant la violence et les jeux de guerre dans son environnement familier.

S'informer

Approfondir ses connaissances sur les organisations internationales ou les associations qui font la promotion de la paix dans le monde.

Regrouper livres et produits culturels

Découvrir d'autres livres portant sur la guerre, comme Akim court ou Bouche cousue. Échanger sur les réflexions suscitées par ces livres.

Mots-clés

Premier roman, écoles, enfants de la guerre, entraide, guerre, peurs, portée politique, solidarité, violence

Commentaire descriptif

Les enfants de madame Okili jouent à la guerre pendant la récréation. De retour en classe, les élèves découvrent Raïssa cachée dans le placard. Le jeu de ses amis a ravivé ses souvenirs de la guerre, si bien que la fillette se retrouve soudainement aphasique. Ses camarades imaginent alors différents moyens de lui faire retrouver la voix. D’abord, ils promettent de ne plus jamais jouer à la guerre, ni de la faire en vrai une fois devenus grands. Ils votent aussi une loi pour interdire la guerre partout dans le monde, puis promettent de s’occuper des enfants qui en sont victimes. Finalement, ils décident de renommer leur classe « La classe de la Colombe », ce qui a pour effet de faire retrouver la voix à Raïssa! Cet album sensibilise les enfants aux graves répercussions de la guerre sur les populations civiles. L’aphasie de la jeune immigrante y est évoquée comme un traumatisme découlant de son expérience de la guerre, et la solidarité comme un moyen de favoriser la paix. Ponctué de nombreux dialogues, le texte teinté d’humour montre un processus décisionnel et démocratique à l’oeuvre pour résoudre le problème qui occupe les enfants. Des illustrations aux lignes simplifiées et aux aplats de couleurs sobres représentent de façon réaliste les personnages dans leur univers scolaire quotidien.


Envoyer le lien de ce titre par courriel.

Envoyer un lien par courriel
* Caractères à reproduire :
 
 

 

Si vous préférez simplement copier-coller le lien pour votre propre usage, cliquez avec le bouton droit sur ce lien, et choisissez « Copier le raccourci» ou «copier l'adresse du lien ».

* Vous pouvez acheminer ce lien à plusieurs destinataires en séparant les adresses courriel par des virgules.

Tous le livres