RÉSULTATS
1/1
Ma recherche
Titre : Les mots volés

Album

Les mots volés

Florence, Melanie 


Illustré par Gabrielle Grimard. Traduit de l'anglais (Canada) par Isabelle Allard.
Scholastic,©2017.24 p.
Première parution 2017.

Dewey C813, LO 50835, SDM B724744, Jeunesse

ISBN
 
 
Édition papier : 9781443164399
PréscolairePrimaireSecondaire
4ans
5ans
1re
2e
3e
4e
5e
6e
1re
2e
3e
4e
5e


Vous avez ajouté ce livre avec succès.

Indices

LO FLS ILSS-P ILSS-S CL
4 4.1 4 5

 

Lecture dans toutes les disciplines

P1

 

Chapitre thématique

Prendre conscience de l’histoire des peuples

Pistes d'exploration

S'informer

Approfondir ses connaissances sur les pensionnats autochtones en lisant d'autres livres à ce sujet, comme La pirogue de Shin-chi. Partager ses découvertes.

Regrouper livres et produits culturels

Se sensibiliser aux défis rencontrés aujourd'hui par les peuples autochtones. Pour ce faire, consulter des sources documentaires pertinentes, comme Les Algonquiens.

Relier à sa réalité

Questionner ses proches afin de mieux connaître ses origines et les traditions culturelles de son peuple. Ce faisant, juger quelle importance ces connaissances ont pour soi.

Mots-clés

Album, Amérindiens, Autochtones, Canada, écoles (pensionnats), injustice, langue (cri), mémoire, portée historique (20e siècle), relations grands-pères-enfants, souvenirs

Commentaire descriptif

Au retour de l'école, une fillette demande à son aïeul de lui apprendre le mot « grand-père » en langue crie. Le vieil homme avoue ne plus s'en souvenir, car il a passé de longues années dans un pensionnat autochtone. Là-bas, des religieux l'ont obligé à oublier les mots de sa langue. Le lendemain, la fillette revient de l'école avec un livre intitulé « Introduction à la langue crie ». L'homme feuillette avec émotion ce livre où il reconnaît les mots de son enfance. Cet album évoque avec sensibilité la tragédie qu'ont représentée les pensionnats autochtones pour les Amérindiens du Canada. Les conséquences de l'assimilation et de la destruction culturelle causées par ces pensionnats se traduisent, chez le personnage du grand-père, par l'oubli de sa langue maternelle. La fin de l'histoire souligne néanmoins l'espoir du vieil homme de se réapproprier sa langue, tout comme l'enthousiasme de la fillette face à cet héritage précieux. Le texte appuie la complicité des personnages et les émotions du vieil homme. Mêlant l'aquarelle et le trait esquissé du crayon, les illustrations lumineuses montrent également la tendresse que les deux personnages partagent, ainsi que les sentiments du grand-père associés à des souvenirs douloureux.


Envoyer le lien de ce titre par courriel.

Envoyer un lien par courriel
* Caractères à reproduire :
 
 

 

Si vous préférez simplement copier-coller le lien pour votre propre usage, cliquez avec le bouton droit sur ce lien, et choisissez « Copier le raccourci» ou «copier l'adresse du lien ».

* Vous pouvez acheminer ce lien à plusieurs destinataires en séparant les adresses courriel par des virgules.

Tous le livres